D 7. Mon premier requin <3

Pourquoi a-t-on si peur des requins ? C’est eux qui ont peur de nous.

J’ai arrêté d’écrire mon journal pour plusieurs raisons. La première est essentiellement pragmatique : embarquée sur un bateau, je me suis retrouvée dans l’incapacité de me tenir en position assise, devant un écran, à taper des trucs. J’ai passé la première nuit allongée, et la deuxième nuit aussi, mais sans le contenu de mon estomac cette fois-ci.

Autant dire qu’étaler mes états d’âme était loin de mes priorités, j’étais trop occupée à tenter de ne pas étaler mes tripes un peu partout sur notre vaisseau.

Et puis surtout, jeudi 14 juillet, lorsque nous avons traversé une zone de réception 3G, il y a eu ces messages incompréhensibles, ces tweets étranges, ces conversations communes dont j’avais perdu le fil, vraisemblablement, et ce SMS cryptique de mon père, qui contenait finalement la clé :

« Tu as vu l’actu ? Nice ? »

Le fait que j’ai immédiatement pensé à un attentat en dit long sur le conditionnement de la terreur subi depuis janvier 2015. Encore un attentat, donc. Encore des morts, provoqués délibérément, dans le but de faire mal, de choquer, de faire peur, de faire souffrir, de faire pleurer.

Jeudi 14 juillet, au soir, j’avais l’oreille gauche en feu, ça voulait dire plus de plongée jusqu’à ce que la douleur disparaisse complètement, on va pas risquer de se perforer un tympan dès le deuxième jour de la croisière, ce serait vraiment con, et irresponsable.

Mais ce soir-là, au final, c’était pas grave. C’est quoi, une otite sous les tropiques, quand à six heures de décalage horaire, mes ami•es, mes collègues, mes concitoyen•nes, nous pleurons encore des morts, des morts injustes, des morts absurdes, des morts insupportables de violence et d’inutilité.

Bref. J’ai cinq jours de journal à rattraper… Et je vais doubler mes planches dès mon retour sur la terre ferme : une le matin, une le soir avant la douche.

Jeudi 14 juillet 2016, j’ai vu mon premier requin, et fait ma 70ème plongée. Mais tout ceci a été rendu anecdotique par une tragédie qui me dépasse.

— Jeudi 14 juillet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s