D. 41 Bullshit Me Not

6h00. J’ouvre un oeil, péniblement. J’ai pas encore bougé l’autre que déjà, je le sens : le tympan droit crépite encore. C’est toujours pas aujourd’hui que je reprends la plongée, mais je m’en doutais déjà hier. Ça tire toujours quand je me mouche ou que je baille.

Je soupçonne mon corps de se complaire dans sa routine-confort : on fait la grasse mat’, petit-dej sur la plage à 9h, on potasse la théorie, pause-dej à 13h, retour des plongeurs vers 15h, on surfe en 3G après la sieste, on re-potasse la théorie, on chill…

…Tant que l’oreille m’en empêche, je n’ai pas à me lever deux heures avant tout le monde, à préparer le matos, à me préparer, à me taper une demi-heure de bateau, à plonger deux fois une heure dans l’eau qui me refroidit (et agresse mon corps), re-le bateau, débarquer, débarquer le matos, bordel c’est lourd ces conneries, démonter, rincer, ranger le matos, bordel j’ai pas le temps pour la sieste : faut potasser la théorie.

Donc. Comme un gosse de six ans qui veut pas aller à l’école, je soupçonne mon corps d’être en mode : on est quand même mieux à lézarder sur la plage avec un bouquin dans les mains qu’immergé sous pression dans l’eau à 25°C deux fois par jour. JDCJDR hein.

Bon. Donc ce matin, 7h, j’ai pris les choses en main : ok, j’peux pas plonger, mais ça suffit de paresser comme un (gros) chat. J’ai enfilé mon legging, mes chaussures de trek, mon soutif de sport & mon maillot, et c’est parti pour 40 minutes de running à travers la jungle.

Naturellement j’ai oublié que j’étais en milieu de la jungle, donc au lieu de surprendre des biches et de croiser des chiens, j’ai failli me faire attaquer par des cochons sauvages et j’ai croisé un macaque. Same old same old.

Voilà, on se secoue le gras, on va suer un peu. J’ai décidé que ça suffit la convalescence. J’peux pas plonger, mais j’peux quand même me bouger, t’as vu.

Et comme par magie, BIEN SÛR, mon oreille va mieux. Amélioration significative juste après le run, qui s’est maintenue toute la journée.

Moralité ? Mon corps est peut-être un cheval sauvage, mais parfois, c’est un putain de mulet. Bullshit me not, fucking mule.

Demain, j’enseigne un cours théorique et je fais passer leur exam de nage et de théorie à deux Open Water, et je passe mon propre exam théorique en fin d’aprèm. Parce que je suis ready as fuck, bitch.

Et après demain, retour à l’eau. Faut pas déconner.

 

Qu’on s’entende bien : j’ai aucunement l’intention de forcer quoi que ce soit. J’ai juste décidé que j’étais pas malade et que j’allais me comporter en adéquation avec cette croyance empouvoirante (par opposition aux croyances limitantes, n’est-ce pas).

Et je m’attends naturellement à ce que mon état physique s’aligne sur mon état d’esprit.

2 réflexions sur “D. 41 Bullshit Me Not

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s