Quand le rideau se lève

— Jeudi, 8 septembre 2016

C’est un moment étrange, que celui qui précède l’entrée en scène. Il fait sombre, on avance à l’aveugle mais le pas est assuré, car on connaît son point de départ. Le coeur bat la chamade mais les traits sont reposés, car personne ne nous voit. On n’a pas encore remis le masque de son personnage.

On a répété les gestes et les mots qui nous porteront à travers le stress et l’émotion des premiers instants. Au pire, on improvisera. Et l’on pourra compter sur ses partenaires pour faire rebondir la balle, et préserver le rythme.

Les instants qui précèdent le lever de rideau sont un condensé d’émotions contraires. J’ai hâte d’y être et en même temps, je voudrais pouvoir figer le temps et relire mon texte une dernière fois. Mon texte. Les mots me viennent naturellement, mais si j’y pense trop fort, soudain ils disparaissent, et j’en perdrais le fil.

Le stress, les doutes, la peur, l’envie, tout s’entremêle dans un flux de confusion, où l’adrénaline finit par dissoudre l’effet paralysant.

Et puis, le rideau se lève. Les projecteurs s’allument. Showtime. On est en place. Il faut bouger, faire un geste, prononcer un mot, il faut déchirer le silence qui engourdit tous ses membres.

Showtime

Adolescente, j’adorais le théâtre, parce que c’était un brouillon, un jeu, une répétition générale. Je ne connaissais pas pire stress que celui qui précède l’entrée en scène, mais c’était aussi devenu un kif. Parce que j’avais fini par réussir à gérer cette pression en me rassurant : je connais mon texte. Je connais mes déplacements. Je connais même les répliques des autres, à force de les entendre.

Bref, pas de surprise, je maîtrise.

Aussi flippante qu’elle pouvait l’être, je trouvais pourtant la scène rassurante, comparée à la vraie vie. Parce que dans la vie, tu peux pas répéter une scène, tu ne peux refaire ton entrée, faire un filage, une italienne, une répétition générale avant de te laisser.

Dans la vie, c’est tous les jours la première, et il n’y a pas de répétiteur pour te permettre de t’améliorer.

De la vie, je ne peux rien connaître à l’avance, et je dois tout improviser sur le moment. Il y a ceux qui ça fait peur (mais j’oublie que la peur peut-être paralysante), il y a ceux que ça stimule.

J’étais de celles qui avaient peur, je suis devenue de celles que ça stimule. C’est le début de quelque chose, c’est une frontière de ma zone de confort, et forcément, ça picote de passer à travers. Au-delà, l’inconnu.

Alors, quand les applaudissement font voler le silence en éclat, quand la foule anonyme que tu ne distingues pas de l’autre côté des projecteurs se manifeste à toi, c’est une scène réussie.

Mais c’est que le début. C’est juste le lever de rideau. Le spectacle commence seulement.

It’s showtime now.

screen-shot-2016-09-09-at-00-54-44

Extrêmement, extrêmement fière d’avoir signé cette lettre motivation qui commence par : « wesh ». 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s