Let the wave crash so I don’t go under

Je l’ai pas vue venir. J’aurais pas pu, parce que la vague ne prévient pas. Elle arrive ensevelie, elle rebondit par le fond et s’élève soudainement. Quand je sens son ombre sur mes épaules, il est trop tard. L’écume éclate au-dessus de ma tête, et les confettis d’eau salée commencent à me battre la peau.

L’instant d’après, je me noie, sans avoir compris d’où venait le tsunami.

Il me faut des jours, des semaines, parfois des mois avant de pouvoir sortir la tête de l’eau. Mais je me suis fait une promesse: celle de ne plus laisser la vague m’ensevelir.

C’était difficile, j’aurais dit impossible avant l’été, mais depuis, j’ai gravi des montagnes et atteint des sommets. J’ai traversé le désert de mes envies taries pour retrouver la source de mes inspirations.

J’ai fini par réussir à me retourner, et surtout, à garder la tête haute et les épaules droites. Désormais, je sais regarder l’horizon devant moi sans baisser les yeux. Je sais regarder derrière moi, sans me noyer dans la brume et la nostalgie.

J’ai sué, travaillé et taillé mes muscles pour que mon dos tienne le coup. Et pour la première fois, j’ai senti la vague arriver. J’avais les pieds sur terre et les yeux ancrés devant moi. J’ai vu la surface de l’eau frémir, j’ai ressenti le volume de mes peurs et de mes angoisses revenir me faucher, à la vitesse d’un raz-de-marée.

J’ai vu la vague se lever, et pour une fois, je n’ai pas résisté. J’ai laissé le mur s’abattre sur moi, et m’écraser sous lui.

C’est que de l’eau.

Ce ne sont que quelques minutes à expirer, en attendant que la vague se retire.

C’était beaucoup plus rapide, au final, que de passer des jours, des semaines ou des mois à courir devant la vague. À espérer qu’elle s’écrase derrière moi. À me convaincre que j’avais les épaules assez solides pour résister à son poids. Mais une marée de cette ampleur a la force d’un troupeau de bisons au galop. Bien sûr qu’elle me ratisse à chaque fois.

Pour une fois, je n’ai pas résisté.

Cette fois, j’ai accepté. Accepté que je n’étais ni assez puissante, ni assez stable pour battre un raz-de-marée. J’ai laissé la vague s’écraser, je l’ai laissée me noyer quelques instants dans la tristesse, la colère et les regrets, juste assez pour expirer toute la rage que mon impuissance m’insufflait.

Juste assez pour que le sel brûle les plaies.

J’ai encore le goût du sel sur mes lèvres gercées, encore la douleur aiguë de ses brûlures sur mes paupières épuisées, encore sa trace séchée sur mes joues.

Mais l’eau se retire. Car la vague est passée. Et pour une fois, elle ne m’entraîne pas avec elle vers les profondeurs d’où je ne savais pas me sortir. Pour une fois, je ne vais pas me noyer dans les abysses, asphyxiée, écrasée par l’obscurité.

Pour une fois, la patience et la persévérance m’ont fait tenir debout, m’ont fait relever lorsque je suis tombée à genoux.

Pour une fois, je sors la tête de l’eau… juste en levant les yeux.

Devant moi, un autre jour, à l’horizon.

Et dans les couleurs de l’aube, le reflet d’une victoire: la rupture tient.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s