Left unsaid

21 décembre 2019.

Tout ce que j’aurais aimé te dire, si je pouvais revenir en arrière.

Ça va aller.

Tu n’y es pour rien.

Ce n’est pas de ta faute.

Et tant d’autres mots, qui me semblent aujourd’hui si insuffisants.

J’aimerais pouvoir voyager dans le temps. Promis je n’y changerais rien, parce que je sais combien il est dangereux de jouer avec la temporalité de nos univers. Je ne veux pas changer le futur, promis. Je veux juste adoucir le passé. Je voudrais juste te dire tout ça quand j’aurais dû te le dire, quand tu aurais pu l’entendre, pour t’éviter un lot de souffrances que j’aurais pu t’épargner.

Que j’aurais voulu t’épargner.

Ça n’aurait rien changé, je voudrais juste que pour toi, ça fasse une différence.

Je suis désolée.

J’aurais dû te prévenir, j’aurais dû voir venir que tu resterais si longtemps prostrée dans le déni.

Mais ce n’est pas de ta faute. Quand on passe sa vie entière la garde levée, quand enfin quelqu’un t’inspire la confiance suffisante pour pouvoir la baisser, qu’est-ce que tu veux que je te dise ? C’est tellement confortable, tellement précieux, évidemment que tu te laisses tenter. Alors tu cèdes, tu t’abandonnes, dans ce cocon si précieux que peu de gens connaissent, et peu de gens explorent. En ces lieux tapissés de la soie dont on tisse l’amour et la bienveillance, la trahison déchire les fibres d’une facilité déconcertante.

J’aurais aimé te dire que tu n’as pas eu tort de faire confiance, et que les relations humaines sont infiniment plus complexes que tu ne le concevais. Qu’il n’y a pas d’un côté ceux qui te comprennent DONC qui méritent ta confiance à vie, et de l’autre, ceux qui s’interrogent très maladroitement autour de toi, et DONC s’achètent ta méfiance et tes replis.

Le monde est infiniment plus complexe et tu le sais pertinemment, c’est ça qui te fait peur, alors tu te replies vers ceux qui te donnent l’illusion du confort et de l’amitié, ceux qui t’offrent le luxe de cette bulle où tu ne te sens pas jugée. Mais c’est une bulle, et c’est un jugement qui te plaque à l’intérieur : tu es différente, et au dehors, personne ne te comprend. Mais qui l’a décrété ?

J’aimerais pouvoir te dire, pour que tu le saches : c’est faux. Oui tu es différente, comme tout le monde l’est, un peu plus ou un peu moins, tu crois vraiment que c’est moins violent à vivre pour ceux qui le sont un peu moins ?

Oui tu es différente mais ce n’est pas une tare, oui ce cocon de compréhension et d’acceptation est précieux mais ce n’est pas un luxe : c’est ce que tu mérites, point. Ici ou ailleurs. N’en doute jamais.

Et d’ailleurs c’est un luxe, au prix où tu le paies : à l’isolement, aux concessions faites à tes valeurs, et surtout à la tienne. À ce que tu vaux, à ce que vaut ton travail. Tu vaux mieux que ça et si tu en doutes tellement, au point de le nier, ce n’est pas normal. C’est donc que le cocon luxueux de l’acceptation que tu prétends chérir n’est autre qu’une prison, que tu repeins en or pour te convaincre qu’il est confortable et précieux.

Alors qu’il n’est que confortable, et uniquement parce que l’alternative te fait peur.

Tout te fait peur en dehors de ce que tu connais. Enfin, quelque chose de connu, de permanent, de rassurant. J’aimerais pouvoir te dire d’en profiter, que ça va durer, que bravo tu as trouvé ta place ! Mais je sais que c’est faux, et tu sais que c’est faux, même si tu te donnes du mal pour te convaincre du contraire.

Ça te rassure parce que c’est tout ce que tu connais, mais tu sais pourtant qu’ailleurs ce serait mieux, parce qu’ailleurs ce serait différent. Tu ne t’autorises pas à y penser parce qu’ailleurs c’est différent, et que cette différence t’effraies.

Tu mérites mieux. Au fond de toi tu le sais, mais tu as fini par te convaincre que tu construisais ton propre mérite par un travail que d’autres faisaient fructifier. Parfois tu te demandes ce qu’il en restera le jour où tu partiras, et tu réalises deux choses en faisant ça : qu’un jour tu partiras, et qu’aucune certitude n’accompagne cette pensée. Que de tout ce que tu fais aujourd’hui, rien ne construit demain.

Tu mets ça sur le compte de l’incertitude du monde, mais personne autour de toi ne vit avec ce même niveau d’impermanence. Et tu t’étonnes d’être inquiétée par l’avenir.

Je ne suis pas venue te torturer. Je suis venue t’aider. Alors finis ta pinte et refais-toi le film de ta vie : les gens que tu aimes et ce que tu veux pour toi-même sont deux choses différentes. Arrête de sacrifier pour les uns tout ce que tu t’interdis d’investir pour l’autre. Ton énergie, ton temps, ton ambition, tes idées, ta vie t’appartiennent, tes espoirs et tes doutes, tes échecs et tes victoires t’appartiennent, tes tentatives et tes obstinations t’appartiennent.

Souviens-toi que tu es maîtresse de ton propre destin, que personne ne surgira jamais pour se substituer à toi, te tirer d’affaire, te foutre la tête sous l’eau. La vie ou d’autres essaieront, mais tu es la seule à pouvoir décider d’accepter, subir ou résister.

Tu as infiniment plus de pouvoir que tu ne te le reconnais.

Fais-moi confiance.

Après tout, je viens du futur, alors je sais. J’ai au moins le recul des ans pour pouvoir te le dire : rien ne se passe jamais comme prévu.

Alors arrête de prévoir, arrête de prémunir, cesse de prévenir, cesse de retenir. Lâche. Réagis. Mieux encore : agis. De toi-même. Ça fait peur au début, comme un funambule affronte le vide. C’est normal. Et comme un funambule, on s’y habitue. Et je vais te dire un secret : on finit même par kiffer, parfois, l’indescriptible vertige au bord de l’inconnu.

Je suis désolée pour tout. Surtout pour t’avoir laissée seule, lorsque j’aurais dû t’embarquer avec moi, à l’aventure.

La vie est incertaine mais c’est ça qui fait son charme, tu sais. Le confort est une illusion à laquelle tu t’accroches tant que tu n’as pas goûté à l’exquise ivresse de la liberté.

Mais ne me fais pas confiance, je ne suis qu’une inconnue prétentieuse, arrogante.

Fais-toi confiance lorsque le moment sera venu. Ce sera le bon moment.

Je t’aime, même si tu en doutes, et au cas où tu aurais besoin de l’entendre : je t’aime sans condition. Tu ne nous as pas trahies, tu as fait ce qu’il fallait pour survivre. Et tu as survécu. Félicitations.

Maintenant, il est temps de vivre.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s