D. 51 The Captain with the right hand hook

So I’ve talked a while ago about my body being the stallion and my mind being the rider, and how I need to listen to my body as if I were riding a horse. That is, if I intent to go the distance. I could very well keep burning through my power, and see where that would get me.

Then I figured out that I couldn’t let my body dictate the terms either: if I indulge too much in resting, we’ll get used to moving slowly, and I can’t have that.

All in all, throughout this trip, I have finally managed to get my mind & my body to find a sort of balance between them. But there’s one more lesson I need to learn.

So I wasn’t at the top of my game today, which is the understatement of the year. I had been extremely tired the day before, and both my ears were ringing. When I woke up, the right ear (A-G-A-I-N) felt stiff, swollen, and painful.

I felt it coming though. It was already burning pretty badly the day before, but not yet painful. I am so used to discarding pain, that when I feel something is painful, it’s the sort of pain I cannot ignore anymore.

I guess I got that from the leg muscle-tear I got playing soccer when I was 10 years old. Because all the adults assumed that I was faking it because I hated soccer at school, they kept saying that I was faking it to get out of soccer practice. (I honestly don’t know how they got to this conclusion, since I had been playing soccer with my brothers all the time, and it was about THE ONLY SPORT I actually liked).

I guess I ended up telling myself that I was not really hurt, and I kept walking — or rather, limping on that injured leg for about 2 weeks. Until one morning, I couldn’t take it anymore. I sat up on the stairs of our house, and demanded to see a doctor, refusing to move until promised so. My dad said he would take me after school, so I limped another day on it, until finally, a doctor examined me.

What might have been a minor tear if treated & rested properly early on, had become a knee tendinitis, made worse by my constant limping on it.

3 weeks of rest left this knee weaker than the other for years.

I should have learnt then to take care of pain when it first manifests, but I was 10 years old. Instead, I learnt that if it’s anything serious, the pain will come back worse after I have discarded it.

And most of the time, biting through it combined with a little rest usually works. And if it doesn’t, I’m usually the only one to pay the price.

« Usually ». Well. I had to sit the day out yesterday, and we had 8 guests wanting to do a Try Dive. A fourth Divemaster would have been appreciated. Because I was unable to dive, the team had to divide the try divers in 2 groups, and do 2 rotations each.

It’s not the ear that hurt me most yesterday, although the lack of painkillers on the boat made itself sharply obvious. It’s the feeling that I’m letting the team down, and they have to handle double work because I’m out.

Try Dives can be really tough to monitor, because they tend to go up and down a lot, failing to equalise properly, or to maintain their buoyancy underwater. This very enthusiastic crew was no exception, and everybody’s ears were subjected to quite a strain. Twice.

And a third time that day, with 3 other Try Divers.

Helping out with equipment set up on the boat, rinsing and clearing out the gear was the least I could do that day, and it felt like not enough.

Not because the girls made me feel like I was letting them down (on the contrary), but because I felt like I could have avoided this situation by taking a day off earlier, when I first felt tired and strained.

I won’t be the only one paying the price anymore

I need to remember that I’m not the only one paying the price anymore. I may be paying the highest toll, but as long as I’ll be part of a team, it’s the collaterals I need to think of, not just my own stakes in the matter.

That lesson gets even more essential transposed to team captain, instead of just team member. Sure, I can be a captain with a right hand hook, even with a wooden leg and a glass eye.

But wouldn’t I be better at it if I kept all my parts, to the best of my ability? Doesn’t it make more sense to rest when I need to, instead of when I can’t handle it anymore?

Isn’t it easier to plan a day off, than to suffer through sick days, waiting for my body to be functional again?

I probably have an ear inflammation. AGAIN. I probably need to stay out of the water for a couple of days. AGAIN. Yet I barely have more than « a couple of days » left here, and 4 trials to complete, 2 of which underwater.

I need to accept 2 things about myself:

My mind is in far better shape than my body. I’m faster, smoother, sharper in my mind than with my body.

My mind can always negotiate a little extra energy, I can always persuade myself that « I’m OK ». I waited 18 hours with 2 broken wrists last year, before asking to go to a hospital. I should have known right away that this kind of pain meant that something WAS wrong. But no matter what my mind tells me, my body will always have the last word.

There really is no point in being a healthy, exercising, non-drinking vegan, if I keep ignoring the earliest signs of something going wrong.

I’m not talking about making a fuss every time I have an itch, I just need to stop ignoring the small signals my body sends me.

It’s like clicking « later » on the important updates pop ups on your computer: sooner or later, the thing shuts down and you have to wait out the installation of the 12 657 updates you neglected to download earlier.

I might have to leave this place without completing my Divemaster. It’s a dire price to pay for this lesson, but again, it’s one I really should have learnt by now. And one I really cannot afford to suffer through again.

…Worst case scenario, though: I’ll have to come back here to complete all of my trials.

— Saturday, August 27th

#CheatDay because, once again, I was too tired to be bothered to open up my computer.

D. 41 Bullshit Me Not

6h00. J’ouvre un oeil, péniblement. J’ai pas encore bougé l’autre que déjà, je le sens : le tympan droit crépite encore. C’est toujours pas aujourd’hui que je reprends la plongée, mais je m’en doutais déjà hier. Ça tire toujours quand je me mouche ou que je baille.

Je soupçonne mon corps de se complaire dans sa routine-confort : on fait la grasse mat’, petit-dej sur la plage à 9h, on potasse la théorie, pause-dej à 13h, retour des plongeurs vers 15h, on surfe en 3G après la sieste, on re-potasse la théorie, on chill…

…Tant que l’oreille m’en empêche, je n’ai pas à me lever deux heures avant tout le monde, à préparer le matos, à me préparer, à me taper une demi-heure de bateau, à plonger deux fois une heure dans l’eau qui me refroidit (et agresse mon corps), re-le bateau, débarquer, débarquer le matos, bordel c’est lourd ces conneries, démonter, rincer, ranger le matos, bordel j’ai pas le temps pour la sieste : faut potasser la théorie.

Donc. Comme un gosse de six ans qui veut pas aller à l’école, je soupçonne mon corps d’être en mode : on est quand même mieux à lézarder sur la plage avec un bouquin dans les mains qu’immergé sous pression dans l’eau à 25°C deux fois par jour. JDCJDR hein.

Bon. Donc ce matin, 7h, j’ai pris les choses en main : ok, j’peux pas plonger, mais ça suffit de paresser comme un (gros) chat. J’ai enfilé mon legging, mes chaussures de trek, mon soutif de sport & mon maillot, et c’est parti pour 40 minutes de running à travers la jungle.

Naturellement j’ai oublié que j’étais en milieu de la jungle, donc au lieu de surprendre des biches et de croiser des chiens, j’ai failli me faire attaquer par des cochons sauvages et j’ai croisé un macaque. Same old same old.

Voilà, on se secoue le gras, on va suer un peu. J’ai décidé que ça suffit la convalescence. J’peux pas plonger, mais j’peux quand même me bouger, t’as vu.

Et comme par magie, BIEN SÛR, mon oreille va mieux. Amélioration significative juste après le run, qui s’est maintenue toute la journée.

Moralité ? Mon corps est peut-être un cheval sauvage, mais parfois, c’est un putain de mulet. Bullshit me not, fucking mule.

Demain, j’enseigne un cours théorique et je fais passer leur exam de nage et de théorie à deux Open Water, et je passe mon propre exam théorique en fin d’aprèm. Parce que je suis ready as fuck, bitch.

Et après demain, retour à l’eau. Faut pas déconner.

 

Qu’on s’entende bien : j’ai aucunement l’intention de forcer quoi que ce soit. J’ai juste décidé que j’étais pas malade et que j’allais me comporter en adéquation avec cette croyance empouvoirante (par opposition aux croyances limitantes, n’est-ce pas).

Et je m’attends naturellement à ce que mon état physique s’aligne sur mon état d’esprit.

D 1. Rookie mistake(s)

J’ai pensé à tout. Bah si, j’ai même pensé à m’équiper de manches longues pour pouvoir me balader à l’aise dans une région où les femmes qui montrent trop de peau, c’est manquer de respect à la culture locale. Ouais je grince un peu des dents en écrivant ça, parce que fondamentalement, je ne comprends pas la différence entre les épaules des hommes et celles des femmes. Mais bon. S’il s’agit juste de ne pas déambuler en bikini dans les rues de la ville, ça me va. Faut juste pas trop que je réfléchisse au pourquoi on utilise un pictogramme de meuf en bikini pour dire « respectez la culture ».

Le diable et le détail

J’ai pensé à tout, SAUF au fait que les retraits de cash étaient plafonnés. Non pas par ma banque française, que j’avais pris soin d’avertir de mon départ imminent et de mes besoins assez importants en liquidités. Et je me retrouve sur une île, limitée à 1 million de roupies par jour (environ, ça peut varier selon les banques), et qu’en plus, les ATM n’ont plus été approvisionnés depuis plusieurs jours parce que c’était la fin du ramadan. (C’est Annabelle, une plongeuse rencontrée au comptoir du club qui va me faire passer mes cours de secourisme, qui m’a appris ça. Ouais. J’avais pas eu le mémo, personnellement).

J’ai pensé à tout, sauf au moment où je commande un thé vert au comptoir de Dunkin Donuts pour profiter de leur Internet, et qu’au moment de déballer la paille et de l’enfoncer dans la boisson glacée, je me souviens que glace = eau, eau = tourista. L’erreur de débutant. Même si Le Routard dit qu’à Bali, la situation sanitaire s’est considérablement améliorée, je sais pas, jour 1, j’étais pas d’humeur à parier.

rookie-mistake-dunkin-donut

Rookie mistake, fig. 1

De la négociation au dilemme

J’ai pensé à négocier le taxi au départ de l’hotel, pour rejoindre le port de Sanur.

– Ça va coûter combien environ ?
– Je sais pas, j’ai pas de meter… Environ 650 000 ?

MAIS GARS. J’ai payé qu’une nuit sur les 2 que j’avais réservées, et je m’en sors à 270 000. C’est pas pour te lâcher le triple pour 20 minutes de bagnole.

J’ai pensé à négocier mais j’arrive pas à négocier, parce que je suis une putain de gosse de riche qui vient passer ses vacances les poches pleines de cash dans une île où les gens bossent un mois pour gagner ce que je dépense en une journée, entre un taxi, un bateau, et un resto. Alors je peux pas, je veux pas me battre pour 2€ par-ci, par-là. Je viens pas non plus donner la charité, acheter par pitié, parce que je suis pas Tintin au Congo.

Une dame qui vendait des sarongs m’a abordée pendant que j’attendais mon bateau. Je voulais un sarong, j’avais prévu de m’en acheter un. Je lui demande combien ? Elle répond 70 000. Je sais que je dois négocier, si elle me demande 70, ça doit en valoir 30. Mais je peux pas négocier. Dans ma tête, j’ai fait le calcul. 70 000 roupies, c’est moins de 5€. (100 000 Rp = 7€). Elle me demande 4€ et des poussières pour un vêtement que je vais utiliser tous les jours de cet été, que j’utiliserai en France comme foulard cet automne, que je vais porter au turban ici tous les soirs pour protéger mes oreilles de la clim’ et des ventilos. Moins de 4€.

J’ai pris à 70 000. Quelques minutes plus tard, une autre femme m’aborde. Elle vend des breloques, le genre de trucs dont tu veux pas t’encombrer quand t’es en mode backpacking, jour 1. Je refuse. Elle insiste. Je refuse toujours poliment, je lui montre mon sac trop lourd déjà, blindé. Elle me demande ce que je fais là, combien de temps je reste, etc.

« you very rich girl »

Eh ouais. Very rich girl, limitée en cash par les banques de ce pays, aussi. Elle me demande un euro, pour sa collection de pièces. J’suis con aussi, d’avoir vidé mon porte monnaie avant de partir… Mais attend, il m’en reste un. Je lui offre, elle me montre quelques unes de ses pièces du monde entier, et m’en offre une, chinoise, avec un trou au milieu. On a discuté, le peu qu’on a pu.

Voilà, j’ai un sarong et une pièce de monnaie chinoise en porte bonheur, dont je me ferai sans doute un bijou en rentrant. Pour 5€.

Le juste prix

C’est dur, de se retrouver sans repères. Je suis sur un budget serré, mais je suis FUCKING RICH pour ces gens. Je suis censée négocier tout ce que j’achète, mais j’ai l’impression de leur manquer de respect quand je le fais, et de leur manquer de respect quand je le fais pas. D’un côté, j’suis une connasse de gripsou, de l’autre, j’suis une connasse de néo-colonialiste qui entend « sauver les indigènes » à la force de son porte-monnaie.

Du coup, j’ai arrêté de me prendre la tête. Je paie le prix qui est juste pour moi. J’ai besoin de ça ? À quel prix j’en ai besoin ?

Arrivée à l’auberge « Gili la Bohème », j’ai changé de dimension. Ce lieu est trop fou pour que je n’en fasse pas le cadre d’une de mes scènes de roman, c’est obligé. Je suis entrée en sueur, mon sac décidément trop lourd sur le dos. Direct, « Emi » m’a accueillie avec un verre d’eau.

J’ai hésité. J’ai vraiment hésité, mais je me suis retenue de demander « is it drinkable ? ». Non connasse, c’est de l’eau stagnante, le mec qui tient l’auberge adore empoisonner les étrangers qui viennent tout juste de débarquer, il kiffe récurer les chiottes bouchées par la diarrhée de touristes, sans aucun doute.

J’ai bu l’eau, en me souvenant de ce que j’avais lu sur le Guide du Routard : il n’y a pas d’eau douce sur Gili Trawangan. Donc l’eau potable-potable, c’est pas juste un luxe d’étrangers, c’est le même problème pour tout le monde, ils ne boivent pas d’eau déssalée non plus.

J’ai pensé à tout. Sauf au fait que ma sur-préparation pour aller visiter un vrai pays avec des vrais gens qui vivent là toute l’année, ça pouvait virer à l’irrespect total, si je me laissais aller…

« We are all mad in here »

Mais voilà. 19h, premier repas chaud. Enfin. J’avais oublié de manger, en vrai j’avais pas eu le temps, et surtout aucune envie d’avaler quoi que ce soit dans cette chaleur tropicale. Une barre de céréales-coco-raisin quand je commence à flancher, ça m’a fait tenir toutes les 3 heures aujourd’hui. Le temps que mon corps s’adapte à ce nouveau paradigme un peu traumatisant quand même.

Mais ce soir, je suis assise dans un gros pouf à même la plage, à la terrasse d’un bon restaurant. Comprendre : les prix sont plutôt autour de 70-90 000 roupies le plat. (Encore une fois : moins de 7€). J’ai les orteils dans le sable, une paille plantée directement dans une noix de coco.

On me sert un curry vert de légumes au riz brun, dont je ne me remets pas. Le tout sous un ciel noir perlé d’étoiles, au son des vaguelettes qui viennent chatouiller le sable à quelques mètres, en diffusant un parfum salé.

Et la lune est renversée, de ce côté du globe. Son croissant lui dessine le sourire du Chat Cheshire, de l’autre côté du mirroir. Monde fou, me glisse-t-il à l’oreille. Si tu sais pas où tu vas, tu t’en fiches du chemin que tu prends. Et si tu sais où tu vas, tu t’en fiches de te perdre : tu as un cap, et une destination.

J’ai un cap. Quelques escales prévues en route, et sans doute encore pas mal d’erreurs et d’hésitations sur le chemin.