D. 36 Les habitudes qui tuent et les habitudes qui sauvent

Depuis le début de ma croisade contre les habitudes (jour 13, Force of habit), j’ai continué à réfléchir à ce qu’elles apportent VS ce qu’elles coûtent. Et j’en suis arrivée à la conclusion qu’il y a deux types d’habitudes : celles qui sauvent, et celles qui tuent.

Les habitudes qui sauvent, c’est le clic de la ceinture de sécurité, le tac-tac-tac-tac c’est bon j’ai mes clés, c’est le code de la CB, c’est vérifier la pièce jointe avant de cliquer sur envoyer. C’est tourner l’ouverture de la bouteille avant de mettre le bras dans le gilet. C’est regarder à droite, à gauche et puis à droite avant de traverser. C’est se relire avant de cliquer sur « envoyer ».

C’est les automatismes qui ne coûtent rien comparé aux drames qu’ils évitent.

Les habitudes qui tuent, c’est le « je connais la route par coeur », le « je pourrais m’équiper les yeux fermés ». Ce sont les mots qui viennent tous seuls parce qu’on écrit toujours les mêmes, les gestes qu’on fait sans y penser. Ce sont celles qui font que les jeunes singes agissent comme les vieux singes, sans se poser de question. C’est du goudron qui nous englue les plumes.

Les habitudes qui tuent sont celles qui n’ont pas de sens, juste l’illusion de la sécurité, maquillée en confort. C’est « si les clés ne sont pas sur le tableau, c’est qu’elles sont dans ma poche », parce que ça coûte moins d’effort de jeter un coup d’oeil que de tâter sa poche.

Les habitudes qui tuent endorment, les habitudes qui sauvent économisent de l’énergie sans compromettre la sécurité, la performance, la productivité, la créativité.

Ta réunion quotidienne ou hebdomadaire est une habitude qui tue si c’est juste une coquille vide, un RDV fixe qui existe parce qu’on le respecte. C’est une habitude qui sauve si elle sert à re-dynamiser une équipe comme la marée qui monte.

Tes TOC sont des habitudes qui tuent si tu sais plus pourquoi tu fais le tour de la cuisine avant de sortir de chez toi. C’est une habitude qui sauve si tu sais que tu vérifies l’état des plaques de cuisson et du robinet avant de t’absenter.

Voilà la clé de mon grand ménage : éliminer les habitudes qui tuent, et développer les habitudes qui sauvent.

Après deux semaines passées à plonger tous les jours, je pourrais m’équiper les yeux fermés. Mais est-ce que j’ai envie de me jeter à l’eau avec un équipement mis en place « par habitude » ?

Et comment je fais pour éviter que ça devienne une habitude ? C’est assez facile, au fond : je ne retiens pas les gestes, je retiens les raisons.

  • Faut que je flotte –> état de la stab (toutes les boucles)
  • Faut que je coule –> mes poids sont-ils bien en place ?
  • Faut que je voie –> Où est mon masque ?
  • Faut que je respire –> bouteille ouverte, détendeur fonctionnel, état de la réserve
  • Faut que je sache où j’en suis –> ordinateur
  • Faut que je me déplace –> palmes

Voilà. Pourquoi je fais les choses, ça peut pas devenir une habitude. Même si je fais la même chose tous les jours, plusieurs fois, je me rappelle à chaque fois : pourquoi je le fais.

Et ça, c’est une habitude qui sauve.

2 réflexions sur “D. 36 Les habitudes qui tuent et les habitudes qui sauvent

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s